Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cahier des charges de la commande de l'Association Rives et Cultures


Le lieu


La Vallée de l'Huveaune est le lit d'un fleuve côtier d’une cinquantaine de kilomètres qui traverse les quartiers Est de Marseille pour se jeter à l’ouest dans la Méditerranée.

Ce territoire qui correspond aux 10e, 11e et une partie du12e arrondissements de la ville est ressenti comme mal connu, voire ignoré de la plupart des marseillais. De plus, les quartiers qui le composent (Saint-Loup, La Pomme, La Valbarelle, Les Caillols, Saint-Marcel, La Valentine entre autres), bien qu'ils comptent plus de 100 000 habitants (La Pomme et St-Loup sont respectivement les 2ème et 5ème quartiers les plus peuplés de Marseille), souffrent aujourd'hui d'un déficit énorme en équipements et projets culturels.

 

Les commanditaires


L’association Rives et Cultures, dont l’objet est notamment de :

- favoriser l'accès à la culture pour tous,

- promouvoir et préserver le patrimoine que représente la Vallée de l'Huveaune,

- développer des projets culturels structurants qui peuvent favoriser une transformation plus harmonieuse de ce territoire. 

 

L'association est représentée par :

- Pierre Revel

- Danielle Isakov

- Gisèle Lolio-Darmon

- Isabelle Miard

- Anne-Marie Daniele

 

Un partenariat est envisagé avec l'association Planète Sciences qui œuvre déjà en faveur de l'Huveaune au travers une fête annuelle et des animations de culture scientifique sur le terrain avec des groupes d’enfants.

 

 

Le contexte de la commande


La traversée de l'Est de Marseille par l'Huveaune a conditionné un développement particulier du tissu économique, social et urbain de cette partie de la ville.

 

Tout au long de sa vallée, l'Huveaune a permis depuis toujours pour Marseille une activité agricole, puis maraîchère; c'est encore le cas aujourd’hui en amont d'Aubagne.

Dès le Moyen-Âge, elle alimente en eau certaines industries comme les premières faïenceries, la tuilerie.

Au XVIe siècle, l’Huveaune alimente en eau potable tout Marseille.

Puis, à partir du milieu du19ème siècle, entre Aubagne et la mer, la vallée s'industrialise avec de nombreuses activités : agroalimentaires, chimiques, électrometallurgiques (Péchiney), matériel roulant (Titan-Coder)…

Si aujourd’hui, prédominent sur ce teritoire les grandes surfaces commerciales et le secteur des services, le secteur industriel est encore présent (12% des emplois) avec des entreprises phares comme Netcacao, Heineken, Panzani et Arkéma.

 

L’habitat est par ailleurs très diversifié : noyaux villageois en fond de vallée, villas et cabanons au pied des collines mais aussi immeubles dont quelques grandes cités HLM (Air Bel, La Rouguière, Néréïde- Petit Bosquet sont classées en ZUS…).


La Vallée de l'Huveaune est aussi la voie de communicationde Marseille vers l'Est du département et au delà (liaison avec l'autoroute A50 vers Toulon, Aix et Nice, futur raccordement à la L2, accès par voie ferrée pour relier Marseille avec Toulon, Nice et la Côte d'Azur).

Ce point est important car c'est ce même tracé autoroutier qui, en ouvrant la ville vers l'Est, creuse une démarcation nette au cœur des quartiers traversés, faisant également disparaître nombre de points de vue et de passages sur les berges de l'Huveaune.

En amont du fleuve, certaines communes ont réalisé des aménagements simples.

La source se trouve dans le massif de la Sainte-Baume.

Auniveau de son embouchure (parc Borely), le fleuve est mis en valeur et les rives ont été aménagées pour permettre la promenade.

Pour l'association Rives et Cultures, il faut absolument éveiller l'attention sur ce territoire, riche d’un patrimoine naturel menacé, rendre à nouveau visible le tracé du fleuve dans son ensemble et renouer ainsi les liens entre cette partie de Marseille, le reste de la ville en aval et les communes limitrophes en amont, en poursuivant à l’Est le travail d’aménagement qui a déjà été réalisé à l’embouchure.

Actuellement, la vallée de l’Huveaune est largement ignorée comme entité à part entière.

Ces quartiers du Très Grand Est, quand ils sont connus des marseillais, sont d’abord réduits à la zone commerciale de La Valentine, trop souvent aussi ils ne sont vus et utilisés que comme zone de stockage, ou encore sont perçus sur un mode nostalgique en référence aux nombreuses usines qui ont fermé. On oublie qu’une population nombreuse y habite, tout comme le fait qu’au milieu coule le fleuve…

 

 

Descriptif de la commande


Dans le contexte évoqué ci-dessus, les commanditaires imaginent l’installation d’une à quatre œuvres, qui soient à la fois :

- un "phare", pour signaler à l'attention de tous les marseillais la présence du fleuve et des quartiers alentours et les inviter à découvrir la vallée et son histoire à travers différents parcours piétonniers ou cyclables, 

- un trait d'union entre les différents quartiers de la vallée, dont l'unité est masquée par la difficulté de circulation et la barrière de l'autoroute, 

- une "locomotive" car l'association espère de cette œuvre qu'elle génère un effet d'entraînement, qu'elle suscite curiosité et désir vis-à-vis de l'ensemble du patrimoine de la Vallée,

- une action innovante qui viendrait secourir un patrimoine (urbain, industriel, religieux, archéologique, populaire, environnemental…) méconnu et menacé.

 

Plusieurs sites ont été repérés, avec l’ambition d’inscrire le projet dans un territoire large allant de la source à l’embouchure, de la montagne à la mer :

- à la source : forêt de la Ste-Baume, Nans-les-Pins

- dans la haute vallée, St-Zacharie, Auriol, Roquevaire, Aubagne : arboretum du Parc du Moulin blanc à St Zacharie 

- à l’entrée de Marseille : La Penne-sur-Huveaune, St-Menet - ancienne pépinière

- dans les quartiers est : St-Loup - Parc des Moulins, St-Marcel - traverse de la planche 

- à l’embouchure : Parc Borely, base des kayakistes…

 

L’artistepourra partir du Parc des Moulins à Saint-Loup, point central qui a été identifié comme le plus propice, et proposer un projet d’ensemble plus vaste, incluant deux ou troisautres sites, réels ou rêvés.

 

 

Objectifs de la commande 

 

Redonner une identité positive donc attractive à la Vallée de l'Huveaune

- mettre en valeur l'identité des quartiers et partager ce patrimoine avec le reste de la Cité,

- proposer un engagement des citoyens pour une vie urbaine plus écologique,

- attirer des équipements culturels type médiathèque (Collectif Rivoire et Carré) ainsi que d'autres projets culturels.

 

Les enjeux de la commande

Réhabiliter, préserver, valoriser le patrimoine de la Vallée de l'Huveaune

Outre le fleuve lui-même, il s'agit d'un patrimoine particulièrement riche et particulièrement méconnu dans plusieurs domaines :

- architectural & archéologique(oppidum, églises, château et bastides, certains noyaux villageois…),

- agricole (maraîchers, ferme pédagogique des Caillols, jardins ouvriers …)

- industriel (activités et bâtiments …)

- culture populaire (anciennes guinguettes des bords d'Huveaune, recette des pieds-paquets originaire de La Pomme, pratiques sportives comme la pêche à la ligne, le rugby, le tir à l’arc et le kayak à l'embouchure…)

- écologique (faune et flore abondantes qui font l'objet d’actions de sensibilisation par l'association Planète Sciences qui travaille de façon rapprochée avec d’autres associations comme la Ligue de Protection des Oiseaux et Rives et Cultures)

- naturel : le canal de Marseille (lieu de promenade même si malheureusement l’accès en est de plus en plus réduit), les collines (notamment celles du Mont St Cyr qui culmine à 610 mètres, 2ème plus haut sommet de Marseille après l’Etoile).

La vallée de l’Huveaune est bien sûr également concernée par Marcel Pagnol qui a habité enfant à St Loup où son père enseignait (Le Garlaban s’aperçoit souvent lorsque l’on est dans la vallée de l’Huveaune et le Château de La Buzine bien qu’aux limites géographiques de Marseille est proche également et surplombe la vallée).

 

Renouer des liens entre les quartiers par l'Huveaune

Actuellement, à cause principalement de la présence de l'autoroute et du manque de transports en commun reliant les deux rives du fleuve, les habitants ne perçoivent plus la vallée de l’Huveaune comme un espace commun, il n’y a plus de liens entre les quartiers (la seule identité proposée actuellement est celle d’une zone commerciale).

L’un des objectifs de la commande est de dépasser cette méconnaissance mutuelle et de permettre de recréer un espace de convivialité et de culture. Il s’agit donc de reconstruire une identité commune dans un désir de rapprocher les habitants.

 

Outre ces deux enjeux principaux, l'intervention artistique serait vecteur d'un projet emblématique sur le quartier en lien avec le thème du Partage de l'eau développé dans le projet de candidature Marseille Provence 2013.

 

 

Partager cette page

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :