Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Discours d'inauguration de la Fée du Lac ,Ophélie

Discours de Rives & Cultures pour l’arrivée de la fée du lac, Ophélie, au parc Borély

Marseille, le 26 mai 2013

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Ophélie arrivée, 5 sculptures ponctuent désormais le cours de l’Huveaune ; ensemble elles dessinent Le chemin des fées !

Ce chemin, sur lequel les membres de Rives & Cultures se sont engagés il a y 5 ans déjà s’est peu à peu matérialisé sous nos yeux émerveillés. Ce dernier n’a pas toujours été facile à parcourir mais il a permis de multiples rencontres, parfois inattendues, toujours enrichissantes, sans lesquelles finalement rien n’aurait été possible.

Au départ, en soif de culture, souhaitant attirer l’attention sur l’Huveaune, ce petit fleuve méconnu, riche et fragile, bien à l’image des quartiers Est de Marseille où nous habitons, nous souhaitions un projet de valorisation de l’Huveaune par la création artistique.

Il ya là notamment : Gisèle et Anne-Marie, les deux Isabelle, Danielle, les deux Natacha, Sylvie – beaucoup de femmes donc – mais aussi quelques hommes comme Jean-Louis Grivot, notre doyen, Philippe et Jean-Pierre ; d’une certaine manière les plus jeunes sont présents aussi avec Antoine, Célia et d’autres encore…

 

Sur ce chemin, dont on ignorait encore le nom, nous rencontrons très vite Sylvie, Marie, Frédéric, Yannick, - viendront ensuite Anastassia, Vassiliki et Csilla – bref toute l’équipe du Bureau des compétences & désirs (BCD), fantastique médiateur culturel avec lequel nous élaborons peu à peu un cahier des charges conforme aux exigences de la belle action Nouveaux Commanditaires de la Fondation de France.

Sur cette base, à l’étape suivante, le BCD nous propose de rencontrer Lucy et Jorge Orta, couple d’artistes plasticiens internationalement reconnus, notamment pour leurs œuvres en rapport avec la problématique de l’eau. Bien que néophytes en matière d’art contemporain, nous « accrochons », nous sommes séduits par leur approche et leur écoute. La marche soude le groupe qui s’élargit, guidé par Lucy et Jorge qui bientôt imaginent…les fées de l’HuveauneNous nous mettons alors en quête de ces fées avec exaltation : D’où viennent-elles ? Qui sont-elles ? Où vont-elles ?

Pour répondre à la première question, nous nous mettons à l’écoute du fleuve, nous nous plongeons aussi dans les récits littéraires et mythologiques liés à l’Huveaune et plus largement à l’eau – si Marie, Ubelkaet même Ophélieapparaissent assez vite - Gyptis et Manon mettent davantage de temps à se révéler. A partir de là, des tempéraments, des formes, des couleurs se dessinent…

Ces fées citoyennes, ces femmes d’aujourd’hui incarnent des valeurs, susceptibles de permettre un mieux-vivre ensemble dans la vallée. Les 5 fées évoquent aussi les 5 étapes du cycle universel de l’eau. Un aperçu de tout cela vous est donné sur les cartels qui ont été apposés à proximité des fées, manière de répondre à la 2èmequestion.

Quant à la 3ème question - où vont-elles ? – ce sont les communes et Municipalités - Saint Zacharie, Auriol, Aubagne et Marseille- qui ont permis d’y répondre, en proposant des sites et en donnant les autorisations nécessaires afin que les fées puissent élire domicile, voire en réalisant les infrastructures préalables comme ici à Borély afin que les pieds de la fée soient justes à la surface de l’eau ! Avec ces 4 communes, le groupe gagne encore en nombre et en force.

C’est alors que Marseille Provence capitale européenne de la culture alliée à la Fondation de France apportent enfin l’opportunité et le financement nécessaire pour que le rêve devienne réalité.Que tous soient ici chaleureusement remerciés pour leur apport et appui précieux.

 

Parti de la Sainte Baume, traversant St Zacharie, Auriol, Roquevaire, Aubagne puis La Penne sur Huveaune, l’Huveaune gagne ensuite Marseille, traversant les quartiers Est de Marseille, rejoint en chemin par nombre d’affluents comme le Jarret que l’on peut voir encore dans les quartiers Nord, pour terminer son périple d’une cinquantaine de kilomètres entre Var et Bouches-du-Rhône dans les quartiers sud et la Méditerranée.

Hélas, la pollution dont l’Huveaune est victime a amené les hommes dans les années 70 à le détourner de son lit afin de préserver les plages du Prado…mais au détriment de la Calanque de Cortiou où aboutit également l’eau traitée des égouts de la ville. Que l’on ne se méprenne pas, l’eau que l’on trouve à l’entrée du parc Borély est presque uniquement composée d’eau de mer ! C’est là sujet de tristesse : la mort du fleuve menace toujours, même si la renaissance reste possible aussi. En témoignent les nombreux poissons, oiseaux, espèces végétales que l’on rencontre le long du fleuve un peu plus en amont.

Lucy Orta a rapidement perçu cette fragilité de l’Huveaune. Ainsi, la fée du lac est nostalgique de son fleuve perdu comme Ophélie l’est d’Hamlet dans la célèbre tragédie de Shakespeare ; n’oublions pas que Lucy est anglaise aussi ! A la recherche de l’eau douce dont elle a besoin, on pourrait dire finalement que c’est par nécessité que la fée Ophélie s’est éloignée des berges de l’Huveaune devenant ainsi la fée du lac.

 

L’Huveaune peut être un lien, un trait d’union, à la fois social et écologique. Entre la Sainte Baume, futur par naturel régional, et le parc national des Calanques au bord de la Méditerranée coule un petit fleuve, existe une vallée au riche patrimoine, vit une population nombreuse. L’ambition du chemin des fées est de faciliter la prise de conscience de la nécessaire protection de l’Huveaune qui a vocation à devenir un élément de la trame verte et bleue promue par le Grenelle de l’environnement.

C’est pourquoi, Rives & Cultures avec l’ensemble des Associations membres du Collectif Associations Huveaune se félicite du processus initié par le Syndicat Intercommunal de l’Huveaune visant à mettre en place un « contrat rivière », c’est-à-dire une prise en compte globale de ce fleuve, de sa vallée, de son bassin versant associant toutes les parties prenantes.

 

Enfin, l’Huveaune et le Chemin des fées nous incitent à voir plus loin encore, c’est-à-dire à porter notre regard vers la Méditerranée. Cette dernière est elle aussi gravement menacée par la pollution comme l’a rappelé le rapport parlementaire Courteau de juin 2011 ; une pollution qui justement le plus souvent vient de l’intérieur des terres, véhiculée par les rivières et fleuves.L’action des Etats et Institutions internationales est ici bien évidemment nécessaire mais les Collectivités peuvent aussi agir : ainsi, pourquoi ne pas proposer dans le cadre des coopérations de ville à ville ou de région à région, la création d’un réseau des vallées côtières de Méditerranée pour mieux échanger sur nos expériences respectives et trouver ensemble des solutions novatrices ?Marseille et la Région Provence Apes Côte d’Azur qui ont nombre de partenaires sur les 3 rives de la Méditerranée pourraient peut-être prendre une telle initiative. De tout cela, il sera déjà question mercredi 29 mai à Marseille à l’occasion des Rencontres éco-culturelles en Méditerranée à bord du navire Danielle Casanova.

Ces Rencontres Med’Educ 2013 sont organisées par l’association U Marinu avec le soutien de partenaires tels que France Volontaires, la Ville de Marseille et la Région. Ainsi, d’ores et déjà, les citoyens regroupés en association se mobilisent et des volontaires internationaux nous ont déjà rejoints : ceux venus de Grèce, de Turquie et d‘autres pays encore qui sous la conduite de l’association APARE ont restauré l’été dernier un vieux beal, un canal d’irrigation à La Penne-sur-Huveaune mais aussi Csilla, jeune hongroise en service volontaire européen (SVE) auprès du BCD qui a travaillé avec Rives & Cultures à la réalisation d’une exposition sur le Chemin des fées, et encore Kerstin et Jeffrie, jeunes volontaires allemand et néerlandais, en Service civique et SVE, auprès de l’association Eurocircle. Ces derniers participeront dès mercredi prochain au lancement des fêtes-Au fil de l’Huveaune ici même au parc Borély avec nos amis de Planète Sciences Méditerranée, Chantepierre et Robins des villes.

 

Mesdames, Messieurs, chers amis, nous le sentons bien, un cycle se clôt avec l’arrivée de cette 5èmefée mais un autre s’ouvre avec les fêtes-Au fil de l’Huveaune et un 3ème encore se profile car le Chemin des fées est en devenir.

En effet, reste encore à imaginer le cheminement piétonnier qui reliera les différentes fées entre elles ! Un projet qui bien évidemment dépasse les capacités l’association Rives& Cultures mais qui pourrait lui aussi réussir avec le concours du collectif Associations Huveaune, du syndicat Intercommunal de l’Huveaune, de l’ensemble des communes concernées, de la Fédération Française de randonnée Pédestre qui a l’expérience du GR 2013, du Collectif Vélos en Ville, de l’APARE, d’autres partenaires encore...

Merci à Lucy et Jorge Orta de nous avoir montré la voie et offert ces splendides sculptures ; merci aussi à Jacques Siron, aux musiciens professeurs de la cité de la musique et leurs rameurs pour leurs spectacles enchanteurs, les Musidécollages.

 

L’aventure continue, rejoignez-nous !20130526 115039

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article