Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015

C'est une sorte de jeu de pistes...

Pister les fleuves,

pister les fées,

pister ce qui pourrait nous relier, habitants des quartiers nord, habitants des quartiers Est qui avec des pratiques souvent proches essayons de "parler" notre patrimoine, de le partager collectivement et d'agir concrètement pour nos cadres de vie.

Le premier écho est à l'endroit du regard sur des quartiers dont les représentations construisent des isolements: représentations dégradées pour le nord, absence de représentations pour l'Est.

 

Isabelle, qui habite vers Saint Marcel, nous explique comment suite à la mobilisation des habitants pour obtenir que l'ancienne usine Rivoire et Carré soit reconvertie en médiathèque (quasi absence d'équipements culturels à l'Est), l'association Rives et culture s'est constituée, trouvant comme axe d'action à la fois symbolique et concret la revalorisation de l'Huveaune, puis comme dynamique un vaste rassemblement collectif à l'échelle de la Vallée autour de réhabilitation de ce fleuve côtier.

Forcément chez ceux du nord apparaissent tout de suite les images de Aygalades, l'autre fleuve côtier de Marseille, qui si il n'a jamais eu le débit de l'Huveaune a lui aussi structuré l'installation des humains, jusqu'à ce que ces derniers préfèrent les oublier l'un et l'autre, et simplement en gérer les obligations "techniques" (crues, buzages...).

De même que nous avons décidé d'utiliser la capitale européenne de la culture pour structurer nos envies d'hospitalité et nos fabrications de récits, ces groupes d'habitants se sont réunis aux abords de 2013 pour déclencher un programme Nouveaux Commanditaires. Le principe de ce programme piloté par la Fondation de France est d'accompagner des habitants ou usagers à définir "leur commande" d'oeuvre artistique dans le cadre d'une question d'intérêt général. Ils ont donc posé la question de la réappropriation de l'Huveaune et ont pu concevoir avec deux artistes, Lucy et Jorge Orta un parcours de sculptures tout au long de la vallée, un parcours de fées...

A Saint Zacharie on trouve Marie, en référence à Marie Madeleine dont la légende dit que ce sont ses larmes qui ont constitué l'Huveaune. Là aussi ceux du nord ricochent car venu des Saintes Maries de la Mer, Marie a bien bourlingué avant d'arriver dans son ermitage final de la Saint Baume, et son premier "Désert" pourrait se situer du côté des Aygalades justement...

A Auriol, voici Ubelka, le nom celtoligure donné à l'Huveaune et qui signifie "La dévastatrice", tant son débit pouvait varier.

Revoilà donc les celtes, les mêmes que nous aimons raconter du côté de l'oppidum de Verduron et qui nous racontent si bien déjà les enjeux de maitrise des terres.

Nous apprendrons un peu plus tard par Claude Carbonnell, la place des moines de Saint Victor dans la gestion de ce foncier agricole, qui nous racontera aussi la longue histoire des moulins qui aujourd'hui ont été souvent remplacé dans leur emplacement même par les sites industriels...

La fée suivante nous conduit à Aubagne, ville où l'Huveaune a été entièrement recouverte quand devenues des égouts industriels et urbains, le mode de gestion de l'hygiène consistait à couvrir les rivières.

Une récente extension urbaine nommée le quartier Defensions finalement permet de redonner une place au fleuve dans le tissu urbain.

On trouve là Manon, autre histoire de femme, d'eau mais aussi étape dans le cycle de l'eau et dans des valeurs que les habitants commanditaires souhaitaient promouvoir (dans le cas de Manon, la plus contemporaine dans sa représentation, on est dans l'étape du ruissellement et dans la valeur de l'engagement, à l'image de la force de l'eau qui entraine).

Suivra le banquet, on l'on échangera sur le canal de Marseille (qui à la Pomme fera advenir la Petite Normandie quand aux Aygalades nous aurons le droit à la Petite Suisse), sur la renaissance de l'enjeu institutionnel de l'Huveaune dans la suite des ces mobilisations citoyennes (élaboration d'un contrat de rivière, élargissement des fonctions du Syndicat intercommunal du Bassin versant de l'Huveaune...), sur les espoirs de retrouver un jour une continuité pédestre le long du fleuve, sur les fêtes de l'Huveaune qui s'égrènent le long du fleuve de la source à la mer, de Nans les Pins au Parc Borely...

On s'amuse aussi avec le jeu des 7 familles de l'Huveaune que les associations et le syndicat intercommunal ont récemment fabriqué pour sensibiliser aux différents aspects de l'Huveaune. Ceux du nord se disent que ça pourrait être rigolo de rebondir sur ce jeu de carte et imaginer quelle forme, quelles familles consitueraient celui des Aygalades.

On peut le télécharger sur le site du syndicat de l'Huveaune.

Certains vont continuer jusqu'au Parc Borely rejoindre Ophélie en passant par Saint Loup où Gypsis veillait dans le Parc du Vieux Moulin avant sa disparition l'année passée.

Arrivés à ce stade, on sait qu'on a envie de poursuivre la correspondance Nord/Est, et que telles des lettres envoyées par la Poste, nous pourrions nous écrire des balades puis nous inviter mutuellement à les faire ensemble.

Les prochaines émergeront sans doute en janvier, avec pour le Nord une invitation à découvrir son fleuve côtier, entre industrie et désert érémétique, et pour l'Est un zoom sur les quartiers Est où nos hôtes nous raconteront à leur façon la notion "d'hospitalité".

Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015
Le chemin des Fées - Balade du 22 novembre 2015

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article